AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Amis De La Lecture

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 15, 16, 17  Suivant
AuteurMessage
L'Anat'
Grand Sachem


Messages : 18770
Date d'inscription : 19/03/2010
Age : 54
Localisation : Dans le Cotentin

MessageSujet: Re: Amis De La Lecture   Dim 05 Oct 2014, 18:42

Désolé, mais avant de monter dans le train, direction la boutique.

Ressorti avec ça :




Lu en un rien de temps mais avec un grand plaisir.

Pas de prise de tête, une écriture moderne.

_________________
Grosso modo, spécialiste de rien du tout.  
Collectionneur de coins coupés

Rose ! Avec des étoiles vertes !
Amuse toi, cela empêche de mourir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nowhere Man



Messages : 4206
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 52
Localisation : Exile on Main-hir street

MessageSujet: Re: Amis De La Lecture   Dim 05 Oct 2014, 19:47

La couv' est rigolote mais de koissakauze ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Anat'
Grand Sachem


Messages : 18770
Date d'inscription : 19/03/2010
Age : 54
Localisation : Dans le Cotentin

MessageSujet: Re: Amis De La Lecture   Lun 20 Oct 2014, 15:02



Lu d'une traite en attendant le film (musique d' Alexandre Desplat, scénario des frères Cohen et un très bon acteur trop peu connu en France, Jack O'Connell).

On en a pour son argent vu l'épaisseur mais ça se lit très bien.

Entre temps Zamperini est mort cet été.

_________________
Grosso modo, spécialiste de rien du tout.  
Collectionneur de coins coupés

Rose ! Avec des étoiles vertes !
Amuse toi, cela empêche de mourir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Anat'
Grand Sachem


Messages : 18770
Date d'inscription : 19/03/2010
Age : 54
Localisation : Dans le Cotentin

MessageSujet: Re: Amis De La Lecture   Dim 16 Nov 2014, 19:23



Dans un bac, sur le marché hier.

La couverture m'a fait du gringue.

Lu dans la journée.


_________________
Grosso modo, spécialiste de rien du tout.  
Collectionneur de coins coupés

Rose ! Avec des étoiles vertes !
Amuse toi, cela empêche de mourir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phil



Messages : 3831
Date d'inscription : 31/05/2010
Localisation : Pays des champignons

MessageSujet: Re: Amis De La Lecture   Dim 16 Nov 2014, 20:14

L'Anat' a écrit:

La couverture m'a fait du gringue.

Lu dans la journée.


Hmmm, vu cet article je ne crois pas que je le lirai un jour. scratch

"C’est un récit fantastique, un songe morbide et grotesque, une histoire d’après l’Apocalypse entrecoupée de scènes de guerre, chevaux éventrés, hommes mis en pièces dans les plaines d’Ukraine au sol gelé."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Anat'
Grand Sachem


Messages : 18770
Date d'inscription : 19/03/2010
Age : 54
Localisation : Dans le Cotentin

MessageSujet: Re: Amis De La Lecture   Dim 16 Nov 2014, 20:22

Bien sûr que oui, Phil !

Dieu est mort et enterré, disait Nietzsche. Ne parlons même pas de l’homme, répond Rabon.

_________________
Grosso modo, spécialiste de rien du tout.  
Collectionneur de coins coupés

Rose ! Avec des étoiles vertes !
Amuse toi, cela empêche de mourir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Anat'
Grand Sachem


Messages : 18770
Date d'inscription : 19/03/2010
Age : 54
Localisation : Dans le Cotentin

MessageSujet: Re: Amis De La Lecture   Jeu 04 Déc 2014, 17:53


L'Anat' a écrit:


On en a pour son argent vu l'épaisseur mais ça se lit très bien.




Ci-dessous le mail de mon pote à qui je l'ai filé :


J'ai fini par le mettre dans les chiottes, un truc à devenir constipé vu l'épaisseur.

Mais, j'en suis venu à bout.




Le trailer est sorti :




Je ne sais pas ce que vaut le film, mais le bouquin est bon.

Je le conseille.

_________________
Grosso modo, spécialiste de rien du tout.  
Collectionneur de coins coupés

Rose ! Avec des étoiles vertes !
Amuse toi, cela empêche de mourir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nowhere Man



Messages : 4206
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 52
Localisation : Exile on Main-hir street

MessageSujet: Re: Amis De La Lecture   Ven 20 Fév 2015, 14:49

Depuis un an, la lecture et moi c'est comme une drogue : deux livres à la semaine,et comme en Rock et ciné, beaucoup de bouses, d'insignifiant pour une poignée d'élus.

Je sais que ça fait très con de l'annoncer, un peu comme ces animateurs TV vantant le dernier film, disque ou, en l'occurrence, livre mais le dernier Virginie Despentes est une tuerie de la mort.

Pour avoir lu tous les romans et essais de la dame, j'affirme haut zé fort que "Vernon Subutex" est son meilleur, la quintessence de son "oeuvre" bref, Despentes à son sommet !



Comme un bilan d'une vie, de la jeunesse qui s'enfuit, de la vie aussi, Virginie Despentes dresse un portrait de ces trente dernières années au travers du regard de ses témoins liés par le Rock.

C'est , comme d'habitude, corrosif mais mêlé de tendresse et personne n'est épargné, pas même nous à V.S (ni Havoc).
A lire toutes affaires cessantes, je ramassse les copies bientôt!

Extrait : "...Il a ce souvenir de l'ambiance Rock, une superficialité systématique. Second degré, vannes et conversations sérieuses portant exclusivement sur des questions de pochettes de disque. Jamais de confidence, jamais d'intimité. Même quand ça parlait de politique personne n'essayait d'être sincère. Des petits garçons virils qui jouent à faire les durs..."

Lu en deux jours et il devrait en être de même pour vous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isabelle



Messages : 4491
Date d'inscription : 20/03/2010
Age : 98
Localisation : higher

MessageSujet: Re: Amis De La Lecture   Sam 21 Fév 2015, 21:48

en deux jours je sais pas, mais sûr que je vais l'acheter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The Rev'



Messages : 933
Date d'inscription : 07/09/2011
Age : 57
Localisation : Au centre, mais à gauche

MessageSujet: Re: Amis De La Lecture   Jeu 26 Mar 2015, 06:10

@ L'Anat: J'attends avec impatience l'adaptation ciné de "Invincible".
C'est réalisé par Angelina Jolie, oui, l'actrice.
Dit comme ça, on peut craindre le pire, sauf que son premier film en tant que réalisatrice, "Au pays du sang et du miel", sorti en 2011 m'a foutu une grosse claque, et a complétement dissipé l'image de l'actrice hollywoodienne people.;situé pendant le siège de Sarajevo dans les années 1990, c'est l"histoire d'une relation sado-masochiste entre une prisonnière bosniaque et son geôlier serbe. Film très cru, et très peu formaté. On peut donc légitimement s'intéresser de près à sa seconde réalisation, en tout cas moi, je suis carrément impatient!


Dernière édition par The Rev' le Jeu 26 Mar 2015, 06:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.facebook.com/pages/The-Rev/150983091592818
big'
Bras Gauche


Messages : 18399
Date d'inscription : 18/03/2010
Age : 54
Localisation : South Cambrousse

MessageSujet: Re: Amis De La Lecture   Jeu 26 Mar 2015, 06:14

Fun House de P. Alessandrini, recueil de ses chroniques R'n'F : http://lemotetlereste.com/mr/attitudes/funhouse/

c'est intelligent, bien choisi, bien vu et bien écrit et la photo de couv' avec feue sa douce est très belle

_________________
"Quand j'écoute trop Ribeiro, j'ai envie d'envahir les Alpes" (Hannibal)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The Rev'



Messages : 933
Date d'inscription : 07/09/2011
Age : 57
Localisation : Au centre, mais à gauche

MessageSujet: Re: Amis De La Lecture   Jeu 26 Mar 2015, 06:43

@Nowhere:
La lecture du premier tome de "Vernon Subutex"  me laisse épuisé, pantois et admiratif, aussi. Je suis d’accord, c’est certainement son meilleur roman, sa somme, puis qu’il va s’agir d’une trilogie. Moi, c’était « Les jolies choses » qui m’avait emporté.  Et non pas « Baise moi » que j’avais trouvé beaucoup trop, euh, nihiliste, dirais-je.
C’est drôle, la citation que tu colle ici est un des nombreux passages  que j’avais repéré, et effectivement, elle nous malmène quelque peu, nous autres dans le petit milieu rock, et c’est, bien sur, ce que j’aime chez elle. Elle bouscule, elle dérange.
Mais c’est vrai, je dis aussi que ce livre véhicule un parfum de mort, de fin de partie. C’est dans l’air du temps.
Une accumulation d’échecs, donc, à travers toutes ces vies gâchées, compromises, défaites, soumises.  Mais il n’y a pas que ça, heureusement, il y a ces deux dernières pages, trés lyriques, que je ne dévoilerais pas.
Et alors, car moi aussi je lis beaucoup et parfois plusieurs livres en même temps, s’entrecroisent deux autres lectures d’abord, le début du récent « Doors » de Greil Marcus, qui, tout de suite, remet la musique au centre.
A propos de la persistance des Doors 40 ans après, telle qu’elle fait encore « vibrer une corde sensible, 40 ans après la mort du chanteur « . Mais, poursuit-il : «  Ce ne serait pas la corde la nostalgie. Ce serait un vent de liberté, de promesses qu’il restait encore à tenir, de promesses qui dans la vie étaient fatalement déçues, et qui dans les chansons étaient immanquablement tenues »
Parallèlement, je relit la courte et splendide préface que Jorge Semprun consacre à «  A une heure incertaine », recueil des poésies de Primo Lévi. J’ai récemment découvert Semprun dont j’ai dévoré une grande partie de  l’œuvre., notamment celle consacrée à son expérience des camps ,« l’expérience du mal radical », et aussi, conjointement, à l’écriture ( L’écriture ou la vie).
Voici ce qu’il dit :
« Dans ses « Recherches philosophiques sur l’essence de la liberté humaine », le philosophe F.W.J Schelling parle du monde, tel que nous l’apercevons. «  Tout y est régle, ordre et configuration » ; dit-il. Mais il ajoute : « Cependant l’irrégularité demeure toujours sous-jacente, comme si elle pouvait encore faire une nouvelle percé ; il apparaît ainsi que nulle part l’ordre et la forme ne représentent quelque chose d’originaire, mais que c’est une irrégularité initiale qui a été ordonnée et réglée ».
D’où il conclut par une phrase terrifiante, éclairante aussi : «  Sans cette obscurité préalable, la créature n’aurait aucune réalité ; la ténèbre lui revient nécessairement en partage. »


Je reviens ensuite vers le « Doors » de Marcus, et voilà qu’il cite une romancière britannique, Jenny Diski, qui écrit ceci en 2009 :
« On ne l’avait pas vraiment vu venir, ce nouveau monde d’individualisme forcené et de consécration du profit. Mais sans doute ne faut-il pas s’en étonner. Cela s’explique probablement par le fait que nous étions tout simplement jeunes, et qu’aujourd’hui nous sommes tout simplement vieux et, comme c’est le lot de chaque génération, nostalgiques de nos meilleures années. Peut-être les années 1960 sont-elles une idée qui a fait son temps et joue les prolongations longtemps après son heure de gloire.
A l’exception évidemment de la musique. »

Évidemment, c’est moi qui surligne la dernière phrase, car c’est celle dont j’ai besoin après la lecture un peu déprimante de Despentes, elle qui se défend pourtant dans un entretien récent d’être déprimée, et je la crois volontiers.
Et puis , Marcus arrive à son second chapitre, dans lequel il évoque le dernier roman de Thomas Pynchon, « Inherent Vice », duquel il dit : «  Le livre est une lettre d’amour adressée à une époque et à un lieu en train de disparaître : il évoque la crainte que « les sixties psychédéliques, cette petite parenthèse de lumière, risquaient de se clore après tout, et que tout serait perdu, rappelé à l’obscurité….qu’une certaine main pourrait surgir atrocement de l’obscurité et se réapproprier ces temps- là, aussi facilement que de reprendre un joint à un camé et de l’écraser pour de bon. »

Et alors comme Semprun, « Je reviens donc au philosophe Schelling, pour conclure provisoirement : «  Nous ne connaissons pourtant rien qui puisse inciter davantage l’homme à tendre de toutes ses forces vers la lumière que la conscience de la nuit profonde dont il a surgi pour s’élever à l’être-là… »
Alors, oui, cette main ténébreuse tente de tout nous reprendre depuis une trentaine d’années, et avec un certain succès, il faut bien le dire, puis que  l’on peut faire notre cette phrase de Marcus : « Nous sommes les derniers vestiges, désabusés, des années soixante » ;
Mais nous sommes là, et c’est bien l’essentiel.
Et, pour ma part, je niche précieusement au cœur de « cette petite parenthèse de lumière » ; plus encore, j’entretiens le feu.
Le feu est là dans le « FY-Ur » obscène de Morrison, intact. (Light my fire). Comme dit Marcus, il expose le mot en pleine lumière…
La lumière solaire de « Sticky Fingers » m’éclaire toujours, depuis l’été de mes 12 ans.
Plus encore d’ailleurs, car je porte des lunettes, maintenant.
La musique, la littérature, l’art en général me sont indispensables pour continuer à y voir clair, et je veux toujours, regarder le soleil en face, quitte à m’y brûler.

Il faut dire à Virginie que peut-être ce qu’il manque un peu, pour l’instant, à l’issue de ce premier tome, c’est un poil de spiritualité ; des poils, du sperme , et de la sueur, il n’en manque pas, et c’est important, certes.
Mais l’amour qu’on porte à musique qui nous a faite, qui nous a révélé, sublime les corps qui l’ont produite. C’est ce qui reste.

Voilà bien des croisements, oui.
Standing at the crossroads, chantait l’autre.

Un jour de mon autre vie, j’étais à la fin d’une histoire, celle de King Size, le groupe qui m’occupa plus de 25 ans. J’étais en transit, et comme une sorte de convalescence, je tenais la basse dans Margerin, le groupe, une sorte de combo proto-punk qui reprenait les choses là ou Bijou les avaient laissés. Nous répétions au fond du jardin de Laurent le chanteur/leader, dans une cabane  improbable.
Psychedelic shack, oui.
Ce jour là, donc, Laurent avait graffité sur un des murs du local :
« Le feu qui m’éclaire est celui qui me brûle ».
C’était une phrase d’Etienne de la Boétie qui se retrouvait là, plus de 4 siècles après son écriture…Etienne, Etienne !  Bien vivant, au milieu de quelques rockers déclinants….

Un éclair dans l’obscurité….


Dernière édition par The Rev' le Jeu 26 Mar 2015, 09:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.facebook.com/pages/The-Rev/150983091592818
Elmeco



Messages : 735
Date d'inscription : 13/09/2011

MessageSujet: Re: Amis De La Lecture   Jeu 26 Mar 2015, 09:19

C'est qui cette conne de Despentes? Je vais lui faire dévaler moi son bouquin!

Elle sait où je vais lui mettre mon intimité?!

Ha ha!


Tiens ça fait du bien d'être con!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lilic
Pruneau AOC


Messages : 4426
Date d'inscription : 19/03/2010
Age : 51
Localisation : Agen, nombril du sud-ouest

MessageSujet: Re: Amis De La Lecture   Sam 28 Mar 2015, 19:00

j'aime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nowhere Man



Messages : 4206
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 52
Localisation : Exile on Main-hir street

MessageSujet: Re: Amis De La Lecture   Dim 29 Mar 2015, 19:40

T'aimes quoi ? Virginie en pente? sinon la prose du Rev', la dysenterie du beauf ou les deux en général?

Eh ben le Rev', quand tu reviens aux affaires, c'est pas pour l'exercice!!!
D'autant qu'un forum qui cite Nietzsche, bernard Minet et La Boetie (parce que c'était moi, parce que c'était Rock) ne peut foncièrement pas être inutile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
big'
Bras Gauche


Messages : 18399
Date d'inscription : 18/03/2010
Age : 54
Localisation : South Cambrousse

MessageSujet: Re: Amis De La Lecture   Lun 30 Mar 2015, 10:19

sorry mais j'ai renoncé à une lecture attentive et complète du pavé ci-dessus où se mêlent Despentes, Marcus, Guesch Patti et Semprun, je réserve donc mon "like"  elephant

le bouquin de Marcus sur les Doors, j'ai fini par en venir à bout, j'ai ramé (et pourtant il n'est pas très épais), j'ai trouvé que c'était confus, très peu éclairant sur le groupe alors que c'était le sujet (il parle surtout de lui), plein de digressions peu pertinentes, assez chiant au final, une sorte d'autoparodie qui aurait eu du mal à trouver un éditeur s'il avait été proposé par un anonyme, sûrement qq chose qui m'a échappé

sinon, j'avais chiné ça il y a qq temps :



si vous tombez dessus et que le sujet vous intéresse, n'hésitez pas, c'est une chronique bien documentée, lecture éprouvante, pénible, l'administration dans toute sa froideur, souci d'efficacité, j'y ai appris que le clergé français n'avait pas été aussi complice du régime qu'on a coutume de le dire, c'est à peu près le seul point réconfortant

4 pages (pas vraiment) au hasard :

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blue



Messages : 1514
Date d'inscription : 01/12/2014
Age : 53
Localisation : on the sunny side of the street

MessageSujet: Re: Amis De La Lecture   Lun 30 Mar 2015, 10:56

C'est glaçant.

Je viens de terminer la bio d'Albert Speer, ministre de l'armement sous le 3e Reich et clé de voûte de l'administration nazie, et on retrouve cette même efficacité implacable dans l'organisation et la recherche de la productivité.

"Ce que je n'ai pas vu alors, c'est ce que je ne voulais pas voir..." dira-t-il plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phil



Messages : 3831
Date d'inscription : 31/05/2010
Localisation : Pays des champignons

MessageSujet: Re: Amis De La Lecture   Lun 30 Mar 2015, 12:40

big' a écrit:

le bouquin de Marcus sur les Doors, j'ai fini par en venir à bout, j'ai ramé (et pourtant il n'est pas très épais), j'ai trouvé que c'était confus, très peu éclairant sur le groupe alors que c'était le sujet (il parle surtout de lui), plein de digressions peu pertinentes, assez chiant au final.

C'est ce que j'avais pensé après avoir lu Mystery Train, du même.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The Rev'



Messages : 933
Date d'inscription : 07/09/2011
Age : 57
Localisation : Au centre, mais à gauche

MessageSujet: Re: Amis De La Lecture   Lun 30 Mar 2015, 13:00

Bon, d'accord, mais justement , c'est ce que j'aime chez Marcus.
De toutes façons, on parle TOUJOURS de soi d'une manière ou d'une autre.
Ceci dit, il existe de trés bonnes biographies trés journalistiques, dont la fonction est de donner du mieux possible un maximum d'informations sur un artiste ou un groupe.
Ce n'est pas forcément plus éclairant pour autant, car ou est la vérité?
Dans un fait estimé objectif, ou bien dans la lente et peu sure voie de l’interprétation?
J'aime Marcus, j'aime Lester Bangs, j'aime Mick Farren, des gens qui se questionnent sans répit,qui mettent leur désir à la question...On peut aussi les appeler des emmerdeurs, si vous voulez. Wink Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.facebook.com/pages/The-Rev/150983091592818
Elmeco



Messages : 735
Date d'inscription : 13/09/2011

MessageSujet: Re: Amis De La Lecture   Lun 30 Mar 2015, 13:02

ou des lanceurs de bouse!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
big'
Bras Gauche


Messages : 18399
Date d'inscription : 18/03/2010
Age : 54
Localisation : South Cambrousse

MessageSujet: Re: Amis De La Lecture   Lun 30 Mar 2015, 16:00

sauf que Lester Bangs est un véritable emmerdeur, plein de mauvaise foi, ce qui le rend à la fois pertinent et impertinent, et souvent drôle et juste, alors que Marcus est un intello poseur, quand il maîtrise son sujet et qu'il s'y colle, ça peut être très bien (comme son Like a Rolling Stone, même s'il épuise son sujet à la moitié du bouquin à peine), sinon ses états d'âme et ses réflexions à deux balles sur le monde, je m'en tamponne study

_________________
"Quand j'écoute trop Ribeiro, j'ai envie d'envahir les Alpes" (Hannibal)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The Rev'



Messages : 933
Date d'inscription : 07/09/2011
Age : 57
Localisation : Au centre, mais à gauche

MessageSujet: Re: Amis De La Lecture   Lun 30 Mar 2015, 16:50

Greil Marcus est un intellectuel, certes, mais poseur, je ne crois pas, non, ou alors nous n'avons pas la même conception de ce mot.
C'est un intellectuel, il a donc souvent une approche universitaire de ses sujets, pour le meilleur et pour le pire.
Le petit plus de Marcus, c'est justement sa sensibilité qu'il n'hésite à essayer de formuler.
Le petit plus de Marcus ,c'est son attitude de fan, trés subjective.
Le petit plus de Marcus, c'est aussi, donc, sa naïveté qui peut parfois lui faire dire des bêtises, mais le plus souvent produire certaines fulgurances.
Les états d'âme de tout un chacun m'intéresse, à condition de les sublimer un tant soit peu par l'écriture.
Et si tu peux me donner quelques exemples des réflexions à deux balles de Marcus, éclaire moi, s'il te plait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.facebook.com/pages/The-Rev/150983091592818
big'
Bras Gauche


Messages : 18399
Date d'inscription : 18/03/2010
Age : 54
Localisation : South Cambrousse

MessageSujet: Re: Amis De La Lecture   Lun 30 Mar 2015, 17:28

le problème des considérations à deux balles c'est que je ne les retiens pas mais ça m'évoquait parfois le grand Philippe Delerm (seule sa gorgée de bière m'a marqué)

j'aurais bien fait l'effort de re-feuilleter ses bouquins (quoique ...) mais je les ai déjà donnés jocolor

"les sublimer un tant soit peu par l'écriture" ... encore faut-il avoir du style, Marcus c'est plat (ou mal traduit ?), comparé à Lester Bangs qui lui savait être flamboyant, mais ce n'est que mon point de vue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phil



Messages : 3831
Date d'inscription : 31/05/2010
Localisation : Pays des champignons

MessageSujet: Re: Amis De La Lecture   Lun 30 Mar 2015, 19:52

Je suis d'accord avec toi Big, je me suis beaucoup emmerdé ennuyé en lisant Mystery Train, et pourtant il y avait un long chapitre sur Sly Stone. scratch

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The Rev'



Messages : 933
Date d'inscription : 07/09/2011
Age : 57
Localisation : Au centre, mais à gauche

MessageSujet: Re: Amis De La Lecture   Mar 31 Mar 2015, 07:19

Oui, même que ce texte est sorti à part, considérablement augmenté, et baptisé, "Le mythe de Stagger Lee", chez l'excellent éditeur Allia. C'est érudit, touffu, parfois abscons, mais pas ennuyeux, je crois, non, à condition qu'on s'intéresse à la musique noire américaine, bien sur. Il me semble que c'est la-dedans que Marcus raconte la première fois ou il a entendu "papa was a Rolling Stone (des temptations) à la radio, en voiture, et comment il a du S’ARRÊTER au bord de la route tellement c'était un choc, ce morceau.
Bon, alors certes, il n'écrit pas du tout avec la même flamboyance que Bangs, mails il a le même sujet de préoccupation, à savoir, comment revivre éternellement ce sentiment de la première fois, et il écrit la dessus à sa manière, qui est certes un peu plus terne que celle de Lester l'allumé, mais qui est honnête: il ne joue pas à ce qu'il n'est pas.
C'est trés difficile d'écrire sur la musique, c'est trés difficile d'écrire sur le rock.
Et le meilleur moyen de s'en sortir, c'est quand m^me d'essayer de raconter l'effet que cette musique nous fait.
Chez Bangs, ça donne: " Lester joue du saxophone dans sa chambre", "Lester prend une cuite", "Lester casse des disques à la radio", "Lester se prend la tête avec Lou Reed pendant toute une soirée", etc.....
Marcus n'a pas le même ,euh, caractère, ni , donc, la même vie. Mais Marcus est obsédé par la première fois, par l'origine des choses, par la première flamme, qu'il veut garder intacte. c'est touchant. Quand il consacre un livre entier à la conception de "Like a Rolling Stone", on est au point culminant de son obsession, de sa névrose, c'est bien. En fait le seul bouquin de lui que je n'ai pas finit, que j'ai abandonné, c'est le pavé (hi, hi!) "Lipstick traces", et je pense savoir pourquoi (si l'on admet que ce n'est pas un manque d'intelligence de ma part, ou bien simplement de la pure fainéantise, l'un comme l'autre étant possible!). cette fois-ci, Marcus fait un savant parralléle entre le punk de 1977 et le mouvement dada; Sur le papier, pourquoi pas, ça tient la route, comme toute thése universitaire, il suffit de tordre le monde et la réalité au bon vouloir de sa pensée. Et pourquoi donc alors, me semble t-il, cela échoue sur la distance?  Parce que je pense que le punk n'a pas été un tel choc émotionnel , pour Marcus. Ce fut une secousse intellectuelle, certes. Mais pour un type qui a pris en pleine poire et en direct, "Satisfaction", "Subterranean homesesick blues" , "Light my fire, ou bien "Sex machine", évidemment, la piéce montée des Pistols retombe trés vite. Alors, comme il veut continuer à y croire, comme il ne veut pas mourir, il essaie de se convaincre, par une savante construction, que c'est super important, ce truc. Alors, que finalement, pas tant que ça, hein?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.facebook.com/pages/The-Rev/150983091592818
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Amis De La Lecture   Aujourd'hui à 22:07

Revenir en haut Aller en bas
 
Amis De La Lecture
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 16 sur 17Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 15, 16, 17  Suivant
 Sujets similaires
-
» Amis De La Lecture
» Petits suicides entre amis. Arto Paasolina.
» Le coin lecture
» Problème de lecture en streaming
» C'est bon de vous retrouver les amis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: LE COIN DES MEMBRES :: CULTURE-
Sauter vers: