AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Encore des mots toujours des mots

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
AraokAtao
Papao
avatar

Messages : 1877
Date d'inscription : 19/03/2010
Age : 65
Localisation : Goutrens Aveyron

MessageSujet: Re: Encore des mots toujours des mots   Lun 25 Juil 2011, 09:20

RIP bad Girl.....

You should be stronger than me
You been here 7 years longer than me
Don't you know you supposed to be the man,
Not pal in comparison to who you think I am,

You always wanna talk it through - I don't care!
I always have to comfort you when I'm there
But that's what I need you to do - stroke my hair!
Testi Canzoni
Cos' I've forgotten all of young love's joy,
Feel like a lady, but you my lady boy,

You should be stronger than me,
But instead you're longer than frozen turkey,
Why'd you always put me in control?
All I need is for my man to live up to his role,
Always wanna talk it through- I'm ok,
Always have to comfort you every day,
But that's what I need you to do - are you gay?

I've forgotten all of young love's joy
Feel like a lady, but you my lady boy

He said 'the respect I made you earn -
Thought you had so many lessons to learn'
I said 'You don't know what love is - get a grip!' -
Sounds as if you're reading from some other tired script

I'm not gonna meet your mother anytime
I just wanna rip your body over mine
So tell me why you think that's a crime

I've forgotten all of young love's joy
Feel like a lady, but you my lady boy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Anat'
Grand Sachem
avatar

Messages : 19001
Date d'inscription : 19/03/2010
Age : 54
Localisation : Dans le Cotentin

MessageSujet: Re: Encore des mots toujours des mots   Ven 29 Juil 2011, 13:53

Belle chanson,beau texte en hommage à Vincent Van Gogh


Starry ,Starry Night...





Don Mc Lean - Vincent



Starry
starry night
paint your palette blue and grey

look out on a summer's day
with eyes that know the
darkness in my soul.
Shadows on the hills
sketch the trees and the daffodils

catch the breeze and the winter chills

in colors on the snowy linen land.
And now I understand what you tried to say to me

how you suffered for your sanity
how you tried to set them free.
They would not listen
they did not know how

perhaps they'll listen now.

Starry
starry night
flaming flo'rs that brightly blaze

swirling clouds in violet haze reflect in
Vincent's eyes of China blue.
Colors changing hue
morning fields of amber grain

weathered faces lined in pain
are soothed beneath the artist's
loving hand.
And now I understand what you tried to say to me

how you suffered for your sanity
how you tried to set them free.
perhaps they'll listen now.

For they could not love you
but still your love was true

and when no hope was left in sight on that starry
starry night.
You took your life
as lovers often do;
But I could have told you
Vincent
this world was never
meant for one
as beautiful as you.

Starry
starry night
portraits hung in empty halls

frameless heads on nameless walls
with eyes
that watch the world and can't forget.
Like the stranger that you've met

the ragged men in ragged clothes

the silver thorn of bloddy rose
lie crushed and broken
on the virgin snow.
And now I think I know what you tried to say to me

how you suffered for your sanity

how you tried to set them free.
They would not listen
they're not
list'ning still
perhaps they never will.



_________________
Grosso modo, spécialiste de rien du tout.  
Collectionneur de coins coupés

Rose ! Avec des étoiles vertes !
Amuse toi, cela empêche de mourir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Anat'
Grand Sachem
avatar

Messages : 19001
Date d'inscription : 19/03/2010
Age : 54
Localisation : Dans le Cotentin

MessageSujet: Re: Encore des mots toujours des mots   Ven 12 Aoû 2011, 18:35

QUAND ON PERD UN AMI ( Gérard Manset )

Quand on perd un ami,

C'est peut-être qu'il dort

Dans un autre univers

De gel et de bois mort,

Dans un autre décor,

Simplement affaibli,



Quand on perd un ami,

Son âme se décolle

Comme un papier jauni,

Papyrus d'école,

C'est que l'on a grandi,



Quand on perd un ami,

Comme dans un tamis,

Après que le cambiste

Ait déserté la salle,

Ait déserté la salle



Dans le jour indolore

Et dans l'air inodore,

Repose sur le pourpre,

Entouré des siens,

Et pas même un chien

Pour lécher sa paume,

Son bras recourbé



Quand un ami s'en va,

Disparaît de son lit,

Par de nouveaux sherpas,

Pour de nouveaux pays



Quand on perd un ami,

De la lumière subsiste,

Comme dans un tamis,

Après que le cambiste

Ait déserté la salle



Peut-être, ce n'est pas

Ce qu'on nous en a dit

Si, là-bas, il fait froid

Comme il le fait ici,



Quand on perd un ami,

Qui le découvrira ?

Fakir embaumé

Transpercé de pointes,

Et lorsque le jour pointe,

Pas même un drap

Pour cacher ses yeux,

Quand un ami s'en va



Quand on perd un ami,

De la lumière subsiste,

Comme dans un tamis





_________________
Grosso modo, spécialiste de rien du tout.  
Collectionneur de coins coupés

Rose ! Avec des étoiles vertes !
Amuse toi, cela empêche de mourir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Anat'
Grand Sachem
avatar

Messages : 19001
Date d'inscription : 19/03/2010
Age : 54
Localisation : Dans le Cotentin

MessageSujet: Re: Encore des mots toujours des mots   Ven 26 Aoû 2011, 19:26

En espérant que 2splash ne l'ai pas déjà postée !


Sa plus belle chanson ?

Un beau poème ,en tout cas.

Et y'a matière à réfléchir.





La mémoire et la mer


La marée, je l'ai dans le cœur
Qui me remonte comme un signe
Je meurs de ma petite sœur, de mon enfant et de mon cygne
Un bateau, ça dépend comment
On l'arrime au port de justesse
Il pleure de mon firmament
Des années lumières et j'en laisse
Je suis le fantôme jersey
Celui qui vient les soirs de frime
Te lancer la brume en baiser
Et te ramasser dans ses rimes
Comme le trémail de juillet
Où luisait le loup solitaire
Celui que je voyais briller
Aux doigts du sable de la terre

Rappelle-toi le chien de mer
Que nous libérions sur parole
Et qui gueule dans le désert
Des goémons de nécropole
Je suis sûr que la vie est là
Avec ses poumons de flanelle
Quand il pleure de ces temps là
Le froid tout gris qui nous appelle
Je me souviens des soirs là-bas
Et des sprints gagnés sur l'écume
Cette bave des chevaux ras
Au raz des rocs qui se consument
O l'ange des plaisirs perdus
O rumeurs d'une autre habitude
Mes désirs dès lors ne sont plus
Qu'un chagrin de ma solitude

Et le diable des soirs conquis
Avec ses pâleurs de rescousse
Et le squale des paradis
Dans le matin mouillé de mousse
Reviens fille verte des fjords
Reviens violon des violonades
Dans le port fanfarent les cors
Pour le retour des camarades
O parfum rare des salants
Dans le poivre feu des gerçures
Quand j'allais, géométrisant,
Mon âme au creux de ta blessure
Dans le désordre de ton cul
Poissé dans les draps d'aube fine
Je voyais un vitrail de plus,
Et toi fille verte, mon spleen

Les coquillages figurant
Sous les sunlights cassés liquides
Jouent de la castagnette tant
Qu'on dirait l'Espagne livide
Dieux de granits, ayez pitié
De leur vocation de parure
Quand le couteau vient s'immiscer
Dans leur castagnette figure
Et je voyais ce qu'on pressent
Quand on pressent l'entrevoyure
Entre les persiennes du sang
Et que les globules figurent
Une mathématique bleue,
Dans cette mer jamais étale
D'où me remonte peu à peu
Cette mémoire des étoiles

Cette rumeur qui vient de là
Sous l'arc copain où je m'aveugle
Ces mains qui me font du fla-fla
Ces mains ruminantes qui meuglent
Cette rumeur me suit longtemps
Comme un mendiant sous l'anathème
Comme l'ombre qui perd son temps
À dessiner mon théorème
Et sur mon maquillage roux
S'en vient battre comme une porte
Cette rumeur qui va debout
Dans la rue, aux musiques mortes
C'est fini, la mer, c'est fini
Sur la plage, le sable bêle
Comme des moutons d'infini...
Quand la mer bergère m'appelle

_________________
Grosso modo, spécialiste de rien du tout.  
Collectionneur de coins coupés

Rose ! Avec des étoiles vertes !
Amuse toi, cela empêche de mourir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PerYoun
Vieux Gréement
avatar

Messages : 10091
Date d'inscription : 20/03/2010
Age : 49
Localisation : Sur les bords de la petite mer

MessageSujet: Re: Encore des mots toujours des mots   Dim 04 Sep 2011, 07:36

Pas facile de passer derrière le grand Léo.
Je place quand même un texte de Lou REED.



Last Great American Whale

They say he didn't have an enemy
his was a greatness to behold
He was the last surviving progeny
the last one on this side of the world

He measured a half mile from tip to tail
silver and black with powerful fins
They say he could split a mountain in two
that's how we got the Grand Canyon

Last great American whale
last great American whale
Last great American whale
last great American whale

Some say they saw him at the Great Lakes
some say they saw him off of Florida
My mother said she saw him in Chinatown
but you can't always trust your mother

Off the Carolinas the sun shines brightly in the day
the lighthouse glows ghostly there at night
The chief of a local tribe had killed a racist mayor's son
and he'd been on death row since 1958

The mayor's kid was a rowdy pig
spit on Indians and lots worse
The old chief buried a hatchet in his head
life compared to death for him seemed worse

The tribal brothers gathered in the lighthouse to sing
and tried to conjure up a storm or rain
The harbor parted, the great whale sprang full up
and caused a hugh tidal wave

The wave crushed the jail and freed the chief
the tribe let out a roar
The whites were drowned, the browns and reds set free
but sadly one thing more

Some local yokel member of the NRA
kept a bazooka in his living room
And thinking he had the chief in his sight
blew the whale's brains out with a lead harpoon

Last great American whale
last great American whale
Last great American whale
last great American whale

Well Americans don't care for much of anything
land and water the least
And animal life is low on the totem pole
with human life not worth more than infected yeast

Americans don't care too much for beauty
they'll shit in a river, dump battery acid in a stream
They'll watch dead rats wash up on the beach
and complain if they can't swim

They say things are done for the majority
don't believe half of what you see and none of what you hear
It's like what my painter friend Donald said to me
"Stick a fork in their ass and turn them over, they're done"

_________________
« Je n'ai jamais été à la mode, comment voulez-vous que je sois ringard ? »
Daniel Prévost
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Anat'
Grand Sachem
avatar

Messages : 19001
Date d'inscription : 19/03/2010
Age : 54
Localisation : Dans le Cotentin

MessageSujet: Re: Encore des mots toujours des mots   Mar 04 Oct 2011, 18:09

Pourquoi M'as Tu Mordu L'oreille -- Jean Yanne 1964

Tout deux dans notre chambre
Quand nous nous regardons
Devant les draps froissés
Par une nuit commune
Baissant nos quatre yeux
Soudain nous comprenons
Notre affreux désespoir, notre immense infortune
Nous sommes les victimes à jamais séparés
D’un phénomène qui dissocia notre couple
Et comme l’araignée contemplant le fil souple
De sa toile qu’un vieux balais vient de crever
Nous voyons se dresser le souvenir tragique
De ce qui fut pour nous un amour extatique
Et devant les débris de notre passion
Soudain dans mon esprit s’infiltre une question
Pourquoi m’as-tu mordu l’oreille ?
Pourquoi pris-tu mon lobe entre tes dents
Et me le happas-tu de ta bouche vermeille
Quand le tango nous grisait d’un rythme troublant ?
Ta tête était sur mon épaule
Tu m’as dit penches-toi que tes lèvres me frôlent
Mais de tes incisives longues et pointues
Pourquoi pris-tu mon lobe et me le mordis-tu ?
Depuis ce jour, vois-tu, la vie n’est plus pareille
Car entre nous le lien de l’amour s’est brisé
Depuis que tu m’as mordu l’oreille
Nous vivons comme des étrangers




Jean Yanne - Pourquoi m'as-tu mordu l'oreille (1964)

_________________
Grosso modo, spécialiste de rien du tout.  
Collectionneur de coins coupés

Rose ! Avec des étoiles vertes !
Amuse toi, cela empêche de mourir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Basset

avatar

Messages : 685
Date d'inscription : 18/02/2011
Age : 40
Localisation : Avignon ( sous le pont )

MessageSujet: Re: Encore des mots toujours des mots   Ven 07 Oct 2011, 18:01

D'une légende du Punk que l'on ne présente plus ....

Dans les miroirs chinois
Dans le bleu des photos
Dans le regard d'un chat
Dans les ailes d'un oiseau
Dans la force d'un arbre
Dans la couleur de l'eau
Je te survivrai

Dans l'hiver et le vent
Dans le froid des maisons
Dans les sables mouvants
Où j'écrirai ton nom
Dans la fièvre et le sang
Dans les murs des prisons
Je te survivrai


Je te survivrai d'un amour vivant
Je te survivrai dans des yeux d'enfant
Je te survivrai comme un revenant
Je te survivrai


Je te survivrai et tu m'entendras
Je te survivrai quelque part en toi
Je te survivrai au-delà de moi
Je te survivrai

Dans les bruits de la ville
Dans les aéroports
Dans les jours difficiles
Où je t'aimais encore
Dans les nuits anonymes
Où je perdrai mon corps
Je te survivrai
Je te survivrai



Dans les frissons du cœur
Dans les maudites chansons
Dans les cages d'ascenseur
Où ils gardent les bas-fonds
Dans l'angoisse et la peur
Frissonnant d'émotion
Je te survivrai
Je te survivrai
Je te survivrai
Je te survivrai
Je te survivrai
Je te survivrai
Je te survivrai
Je te survivrai
Je te survivrai
Je te survivrai
Je te survivrai
Je te survivrai
Je te survivrai
Je te survivrai
Je te survivrai
Je te survivrai
Je te survivrai




Edit : lien réparé mais c'est la toute toute dernière fois. La prochaine fois, ton post saute, surtout si c'est pour nous parler de poésie surréaliste. affraid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Basset

avatar

Messages : 685
Date d'inscription : 18/02/2011
Age : 40
Localisation : Avignon ( sous le pont )

MessageSujet: Re: Encore des mots toujours des mots   Sam 08 Oct 2011, 06:07

Ben quoi ? C'est vintage, non ?

Merci quand même pour la réparation du lien .

Mais c'est vrai que je préfère la version des Nuls :

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
big'
Bras Gauche
avatar

Messages : 18526
Date d'inscription : 18/03/2010
Age : 55
Localisation : South Cambrousse

MessageSujet: Re: Encore des mots toujours des mots   Lun 10 Oct 2011, 07:40

Lavilliers/Betty, belle chanson triste ...



Tu n'as pas sommeil
Tu fumes et tu veilles
T'es toute écorchée
T'es comme un chat triste
Perdu sur la liste
Des objets trouvés
La nuit carcérale
Tombant sur les dalles
Et ce lit glacé
Aller et venir
Soleil et sourire
Sont d'l'autre coté

Ces murs, ces grillages
Ces portes et ces cages
Ces couloirs, ces clés
Cette solitude
Si dure et si rude
Qu'on peut la toucher
Ce rayon de lune
Sur le sol allume
Visage oublié
De celui que t'aimes
Qui tire sur sa chaîne
Comme un loup blessé

Betty faut pas craquer
Betty faut pas plonger
Je sais, ils t'ont couchée là
Et puis ils ont fermé leurs barreaux d'acier

Betty faut pas pleurer
Betty faut pas trembler
Je sais, tu vas rester là
T'aimerais plus t'réveiller, plus jamais rêver

Je te dis je t'aime
Dans ce court poème
Dans ce long baiser
Tu es ma frangine
Juste une féminine
Que j'avais rimée
Je te donne ma force
Mes mots et mes notes
Pour te réchauffer
Je hais la morale
Les prisons centrales
Les maisons d'arrêt

Je n'ai pas sommeil
Je fume et je veille
Et j'ai composé
Une chanson d'amour
Une chanson secours
Pour l'autre côté
Pour ceux que l'on jette
Dans les oubliettes
Dans l'obscurité
Pendant qu'les gens dorment
Au fond du conforme
Sans se réveiller

Betty faut pas craquer
Betty faut pas plonger
Je sais, ils t'ont couchée là
Et puis ils ont fermé leurs barreaux d'acier

Betty faut pas pleurer
Betty faut pas trembler
Tu sais, on s'retrouvera, là
Ailleurs, en plein soleil ...

_________________
"Quand j'écoute trop Ribeiro, j'ai envie d'envahir les Alpes" (Hannibal)


Dernière édition par big' le Lun 10 Oct 2011, 08:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dams

avatar

Messages : 2064
Date d'inscription : 29/04/2010
Age : 51
Localisation : Panazol (87)

MessageSujet: Re: Encore des mots toujours des mots   Lun 10 Oct 2011, 07:57

Je n'ai pas encore posté de Thiéfaine dans ce topic ?
Etonnant !

Commençons avec cette lettre de rupture ...


H.F. Thiéfaine - Je t'en remets au vent


D'avoir voulu vivre avec moi
T'as gâché deux ans de ta vie
Deux ans suspendus à ta croix
A veiller sur mes insomnies
Pourtant toi tu as tout donné
Et tout le meilleur de toi-même
A moi qui ai tout su garder
Toujours replié sur moi-même

Mon pauvre amour, sois plus heureuse maintenant
Mon pauvre amour, je t'en remets au vent

Toi tu essayais de comprendre
Ce que mes chansons voulaient dire
Agenouillée dans l'existence
Tu m'encourageais à écrire
Mais moi je restais hermétique
Indifférent à tes envies
A mettre sa vie en musique
On en oublie parfois de vivre

Mon pauvre amour, sois plus heureuse maintenant
Mon pauvre amour, je t'en remets au vent

Tout est de ma faute en ce jour
Et je reconnais mes erreurs
Indifférent à tant d'amour
J'accuse mes imbuvables humeurs
Mais toi ne te retourne pas
Va droit sur ton nouveau chemin
Je n'ai jamais aimé que moi
Et je reste sans lendemain

Mon pauvre amour, sois plus heureuse maintenant
Mon pauvre amour, je t'en remets au vent
Mon pauvre amour, sois plus heureuse maintenant
Mon pauvre amour, je t'en remets au vent





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ruck.fr.cr
L'Anat'
Grand Sachem
avatar

Messages : 19001
Date d'inscription : 19/03/2010
Age : 54
Localisation : Dans le Cotentin

MessageSujet: Re: Encore des mots toujours des mots   Mar 06 Déc 2011, 19:42

Georges Milton - Si Tous Les Cocus (1932)




Si tous les canons du monde
S'mettaient à tirer,
Ça f'rait beaucoup d'bruit !
Si tous les volcans qui grondent
Venaient à s'réveiller
Ça f'rait beaucoup d'bruit !
Mais il est encore
Un bruit beaucoup plus fort

Si tous les cocus
Avaient des clochettes
Des clochettes au dessus
Au dessus d'la tête
Ça f'rait tant d'chahut
Qu'on n's'entendrait plus.

Si tous les bavards du monde
Parlaient en même temps
Ça f'rait beaucoup d'bruit !
Si toutes les femmes furibondes
Tuaient leurs amants
Ça f'rait beaucoup d'bruit !
Mais il est encore
Un bruit beaucoup plus fort :

Refrain

Si les brunes et les blondes,
Vibraient en même temps !
Ça f'rait beaucoup d'bruit !
Que les rousses à la même seconde
En fassent autant
Ça f'rait beaucoup d'bruit !
Mais il est encore
Un bruit beaucoup plus fort :

Refrain

Si tous les peintres du monde
Sifflaient en même temps,
Ça f'rait beaucoup d'bruit !
Si les poivrots à la ronde
En faisaient autant
Ça f'rait beaucoup d'bruit !
Mais il est encore
Un bruit beaucoup plus fort :

Refrain

Si toutes les chasses d'eau du monde
Chassaient en même temps
Ça f'rait beaucoup d'bruit !
Que les gendarmes à la ronde
Ronflent au même moment,
Ça f'rait beaucoup d'bruit !
Mais il est encore
Un bruit beaucoup plus fort :

Refrain


_________________
Grosso modo, spécialiste de rien du tout.  
Collectionneur de coins coupés

Rose ! Avec des étoiles vertes !
Amuse toi, cela empêche de mourir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Anat'
Grand Sachem
avatar

Messages : 19001
Date d'inscription : 19/03/2010
Age : 54
Localisation : Dans le Cotentin

MessageSujet: Re: Encore des mots toujours des mots   Mar 27 Déc 2011, 15:24

Film - Pierre Vassiliu

Dix heures du soir, seul dans Paris
Mes amis sont partis, je traîne et j'memmerde
La pluie, Paris, la pluie
Oh...et puis draguer, draguer, ramer, ramer
Boîtes de nuits, boîtes à fric
Boîtes de conserves boîtes de cons...à l'huile pas question
Puis j'ai pas la clé

D'toute façon j'suis déjà beurré
Alors j'vais m'mettre de bonne humeur, voilà
Et pour ça il faudrait que je cherche encore une fill' qui voudrait bien de moi ce soir un quart d'heure
Bon, ben y'a qu'un' solution alors...au Bois
Tout d'suite au Bois
Facilités de paiement, crédit total
Voyons...
Les contre-allées de l'Av'nue Foch Les quartiers chics
C'est là qu'y'en a l'plus Y
'a mêm'des Espagnoles c'est vous dire
Des anciennes bonnes ou alors toujours des bonnes
Avec elles il faut payer franco
Ah...l'Espagne, Franco, le pays de l'honneur, des taureaux des guitares
Où le gui fait bonheur et la tare c’est Franco c’est bien connu…
Avenue du bois, en voilà deux blondes… je m’arrête, je baisse la vitre, la grande approche il lui manque une dent - souvenir d’un légionnaire dans les fossés de Vincennes !
Allez, un stage à Saint Claude !
Je demande " combien ? ", enfin combien elle me doit, elle me traite de p'tit con, et je démarre…

Il pleut toujours…
Tiens deux autres encore, une brune une blonde ! !
Oh oh c’est des travelos !
La blonde a des beaux seins , qui disent aux chien !
Quand j’étais petit, ils me faisaient peur les travestis, maintenant ils me font rire surtout à 6 h du matin en collant et mini jupe avec leur barbe mauve qui pousse, le rouge à lèvre délavé et la perruque de travers boitant sur leurs talons orthopédiques…
Ah le monde se trouve petit, monsieur, et il monte sur quelque chose pour grandir…et je démarre….

Il pleut toujours et il fait froid…Je tourne à droite , un car de police tous feux éteints, hum hum ! ! !
Je continue…
Tiens des mateurs derrière les arbres, ah ah les mateurs ils s’arrangent toujours pour qu’on les voit ! ! !…
Je fais le tour , Porte Maillot, Avenue du Bois et je recommence ! !…
Tiens une fille seule, en jupe longue… c’est bizarre une pute en jupe longue, je m’approche, elle est sous un parapluie, sous un réverbère…
Ma parole elle est sublime, j’y crois pas ! !
Mon cœur bat ! Je m’arrête, je recule, je baisse la vitre,je l’appelle : elle tourne la tête, me regarde, elle pleure… je me rends compte que je la vouvoie, elle ne répond pas et s’en va…

J’ai peur de la gêner et je démarre, je l’ai lâché et puis je rentre dans Paris , je rentre dans Paris très vite et il pleut toujours…
C’est le faux petit jour…
A 7 h il fait nuit en décembre à Paris, la foule parisienne court sur place et fait la queue déjà dans les clous, des parapluies, des flaques d’eau, des flaques d’eau arc en ciel d’huile de voiture, des bus bourrés de gens violets et tièdes, et des voitures, des odeurs de parfums et de mégots de gauloises, mêlés aux odeurs des cheveux sales et mouillés, des essuies glaces,des lumières partout qui brillent et bougent et se reflètent, il fait nuit à Paris et cette fille sublime qui se cache sous la pluie dans le bois de Boulogne pour pleurer ! ! !…

Il fait nuit à Paris mon amour, j’ai envie de lui dire, il fait nuit à Paris, de décembre en juillet mon amour, au pays des zombies à Paris, il fait nuit… il fait nuit, méfie toi à Paris, il fait nuit pour toujours… Fille perdue fille paumée, je reviendrai vous voir demain…
"


_________________
Grosso modo, spécialiste de rien du tout.  
Collectionneur de coins coupés

Rose ! Avec des étoiles vertes !
Amuse toi, cela empêche de mourir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PerYoun
Vieux Gréement
avatar

Messages : 10091
Date d'inscription : 20/03/2010
Age : 49
Localisation : Sur les bords de la petite mer

MessageSujet: Re: Encore des mots toujours des mots   Mer 01 Fév 2012, 19:28

Sur la place - Jacques BREL



Sur la place chauffée au soleil
Une fille s'est mise à danser
Elle tourne toujours pareille
Aux danseuses d'antiquités
Sur la ville il fait trop chaud
Hommes et femmes sont assoupis
Et regardent par le carreau
Cette fille qui danse à midi

Ainsi certains jours paraît
Une flamme à nos yeux
A l'église où j'allais
On l'appelait le Bon Dieu
L'amoureux l'appelle l'amour
Le mendiant la charité
Le soleil l'appelle le jour
Et le brave homme la bonté

Sur la place vibrante d'air chaud
Où pas même ne paraît un chien
Ondulante comme un roseau
La fille bondit s'en va s'en vient
Ni guitare ni tambourin
Pour accompagner sa danse
Elle frappe dans ses mains
Pour se donner la cadence

Ainsi certains jours paraît
Une flamme à nos yeux
A l'église où j'allais
On l'appelait le Bon Dieu
L'amoureux l'appelle l'amour
Le mendiant la charité
Le soleil l'appelle le jour
Et le brave homme la bonté.

Sur la place où tout est tranquille
Une fille s'est mise à chanter
Et son chant plane sur la ville
Hymne d'amour et de bonté
Mais sur la ville il fait trop chaud
Et pour ne point entendre son chant
Les hommes ferment leurs carreaux
Comme une porte entre morts et vivants

Ainsi certains jours paraît
Une flamme en nos cœurs
Mais nous ne voulons jamais
Laisser luire sa lueur
Nous nous bouchons les oreilles
Et nous nous voilons les yeux
Nous n'aimons point les réveils
De notre cœur déjà vieux

Sur la place un chien hurle encore
Car la fille s'en est allée
Et comme le chien hurlant la mort
Pleurent les hommes leur destinée.

_________________
« Je n'ai jamais été à la mode, comment voulez-vous que je sois ringard ? »
Daniel Prévost
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Anat'
Grand Sachem
avatar

Messages : 19001
Date d'inscription : 19/03/2010
Age : 54
Localisation : Dans le Cotentin

MessageSujet: Re: Encore des mots toujours des mots   Mer 21 Nov 2012, 19:58

Maxime Le Forestier ** La visite

Bel hommage à Brassens,et un beau travail d'accompagnement du frangin.





C´était un jour d´été comme on en fait beaucoup,
Entre mer et garrigue au début du mois d´août,
Un air de chanson dans la tête
Et puis l´envie de voir si la mer était bonne :
Je roulais par hasard entre Nîmes et Narbonne.
Je me suis arrêté à Sète.

Poussé par les voitures ou porté par les vents
Dans cette cité-là, que l´on passe en suivant
N´importe quel itinéraire.
A peine a-t-on le temps de quitter les faubourgs,
- C´est là le résumé de la vie le plus court -
On se retrouve au cimetière.

Le calme anonymat qui réside en ce lieu
Est celui que l´on voit chez les morts de banlieue :
On chercherait l´extravagance.
Aussi libre qu´on ait vécu, décidément,
On est toujours guetté par un alignement,
Sauf de discrètes différences.

C´est un pin parasol qui n´aura pas éclos
Tant viennent les amis piétiner cet enclos.
J´ai peu d´espoir qu´il ne grandisse.
Ils continueront donc de rôtir au zénith,
Mais de tous leurs bouquets posés sur le granit,
Pas un ne m´a semblé factice.

Au milieu d´un essaim de touristes en chaleur,
J´ai vu s´épanouir une petite fleur
Qui semblait marcher comme on danse,
Avec deux seins de soie déguisés par un voile,
Et l´ombre de ta croix n´a pas bougé d´un poil.
Je me demande à quoi tu penses.

A quoi tu penses donc, laquelle as-tu choisie
Des ruses que les hommes ont trouvées jusqu´ici
Pour rendre la mort moins cruelle?
Survie de l´âme ou fin de tout, quoi qu´il en soit,
C´est pas beau de mourir pour demeurer de bois
Aux larmes d´une demoiselle.

Comme elle avait vingt ans et qu´elle était jolie,
La laisser s´en aller n´eût pas été poli :
Les chagrins sont durs à cet âge.
On avait une sorte d´ami en commun.
C´était mieux qu´un début, je lui ai pris la main.
Nous voilà partis pour la plage.

Entre le bris des vagues, le son des soupirs,
Les sardanes funky qu´on entendait glapir
En modulation de fréquence
Et les cris des enfants qui s´ébattaient dans l´eau,
Quelque maître nageur sifflait un pédalo
Voguant vers l´horizon, vacances!


Petite subtilité,techno a remplacé funky !

_________________
Grosso modo, spécialiste de rien du tout.  
Collectionneur de coins coupés

Rose ! Avec des étoiles vertes !
Amuse toi, cela empêche de mourir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Anat'
Grand Sachem
avatar

Messages : 19001
Date d'inscription : 19/03/2010
Age : 54
Localisation : Dans le Cotentin

MessageSujet: Re: Encore des mots toujours des mots   Ven 29 Mar 2013, 17:10

Up,Up,Up !


Un sujet d'actualité traité tout en finesse comme à son habitude par Jean Yanne,le roi du second degré qui n'y parait pas.

Et ça date de 1965,fallait oser le demi-tour sur la carpette, et le petit train japonais.

Ou encore ,même si ça vous scandalise, notre pays en était plein,
à colombey les deux églises, la troisième c'en était un




ah rouvrez les maisons
rouvrez les maisons
rouvrez les maisons

jadis les filles étaient heureuses,
avant qu'on ferme les maisons,
sérieuses et bonnes travailleuses,
elles honoraient la profession

mais un jour quelle horrible chose
une nommée marthe richard
décida que deviendraient closes
les portes de nos bobinards

ah rouvrez les maisons
rouvrez les maisons
rouvrez les maisons
"qu'on dérouille"

ah rouvrez les maisons
rouvrez les maisons
rouvrez les maisons
"qu'on dérouille"

oui ce fut un immense drame
songez qu'à cette époque là
des claques il y en avait mesdames, partout dans la france à papa
même si ça vous scandalise, notre pays en était plein,
à colombey les deux églises, la troisième c'en était un

ah rouvrez les maisons
rouvrez les maisons
rouvrez les maisons
"qu'on dérouille"

ah rouvrez les maisons
rouvrez les maisons
rouvrez les maisons
"qu'on dérouille"

dans les maisons, je vous l'assure, 'était pas du boulot baclé, mais du travail fait sur mesure, des trucs et des spécialités. Car la main d'oeuvre était parfaite, y a que dans les maisons qu'on trouvait le demi-tour sur la carpette, et le petit train japonais !

ah rouvrez les maisons
rouvrez les maisons
rouvrez les maisons
"qu'on dérouille"

ah rouvrez les maisons
rouvrez les maisons
rouvrez les maisons
"qu'on dérouille"

Puisqu'il faut construire l'Europe, et des pays faire l'union, il faudra bien qu'on développe le tourisme dans la nation. Ah que celui nous dirigent agisse donc avec raison, car le marché commun l'oblige, à faire rouvrir les maisons !!!!

ah rouvrez les maisons
rouvrez les maisons
rouvrez les maisons
"qu'on dérouille"

ah rouvrez les maisons
rouvrez les maisons
rouvrez les maisons
"qu'on dérouille"

ah rouvrez les maisons
rouvrez les maisons
rouvrez les maisons
"qu'on dérouille"



En musique !

http://club.doctissimo.fr/desenfers/rigolotes-541958/video/yanne-rouvrez-maisons-19468131.html

_________________
Grosso modo, spécialiste de rien du tout.  
Collectionneur de coins coupés

Rose ! Avec des étoiles vertes !
Amuse toi, cela empêche de mourir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Anat'
Grand Sachem
avatar

Messages : 19001
Date d'inscription : 19/03/2010
Age : 54
Localisation : Dans le Cotentin

MessageSujet: Re: Encore des mots toujours des mots   Ven 14 Juin 2013, 19:12

Douce
 
Un texte magnifique.

Y'a du poète la dedans.
 
Rien à jeter.
 
 
 
Arno,sur l'album "Jus de Box".
 
Je m'verrais bien comme un pacha
Avec des bagues à tous les doigts
Bain à remous, complet très chic
Avec une suite au Majestic
On m'appellerait le débonnaire,
Comme je suis fait pour ne rien faire
Et je m'amuse dans ma paresse
A voir les autres remuer les fesses
Douce, douce, douce,
Je me la coulerais, je me la coulerais douce
J'irais flâner sur les boulevards
Et butiner de bar en bar
Venez Princesses, buvons encore
A la santé des travailleurs
Douce, douce, douce,
Je me la coule, je me la coulerais douce
Et puis un jour pour essayer
Je me déciderais à travailler
Je me dégoterais un lopin de terre
Et je cultiverais des pommes de terre
Douce, douce, douce,
Des pommes de terre douces
Douce, Douce, douce,
Des pommes de terre douces
Douce, douce, douce
Des pommes de terre douces
 
 
En musique !
 

 
J'aime beaucoup .
 
Pas vous ?

_________________
Grosso modo, spécialiste de rien du tout.  
Collectionneur de coins coupés

Rose ! Avec des étoiles vertes !
Amuse toi, cela empêche de mourir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Anat'
Grand Sachem
avatar

Messages : 19001
Date d'inscription : 19/03/2010
Age : 54
Localisation : Dans le Cotentin

MessageSujet: Re: Encore des mots toujours des mots   Jeu 29 Mai 2014, 18:43

Green
 
 
Voici des fruits, des fleurs, des feuilles et des branches
Et puis voici mon coeur qui ne bat que pour vous.
Ne le déchirez pas avec vos deux mains blanches
Et qu'à vos yeux si beaux l'humble présent soit doux.
 
 
 
J'arrive tout couvert encore de rosée
Que le vent du matin vient glacer à mon front.
Souffrez que ma fatigue à vos pieds reposée
Rêve des chers instants qui la délasseront.
 
 
 
Sur votre jeune sein laissez rouler ma tête
Toute sonore encor de vos derniers baisers
Laissez-la s'apaiser de la bonne tempête
Et que je dorme un peu puisque vous reposez
 
 
 

Green (Voici des fruits, des fleurs) Verlaine, par Julos Beaucarne
 
 
Une belle polésie...

_________________
Grosso modo, spécialiste de rien du tout.  
Collectionneur de coins coupés

Rose ! Avec des étoiles vertes !
Amuse toi, cela empêche de mourir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lilic
Pruneau AOC
avatar

Messages : 4492
Date d'inscription : 19/03/2010
Age : 51
Localisation : Agen, nombril du sud-ouest

MessageSujet: Re: Encore des mots toujours des mots   Jeu 29 Mai 2014, 20:13

L'Anat' a écrit:
Douce
 
Un texte magnifique.

Y'a du poète la dedans.
 
Rien à jeter.
 
 
 

J'aime beaucoup .
 
Pas vous ?

merci de faire remonter l'ascenseur, j'avais oublié de répondre
parce que tu poses une question, alors on peut pas te laisser comme ça

j'aime assez
faut dire que j'ai pas écouté avec la musique, juste lu les mots, c'est plus sévère
mais j'aime bien être sévère
les enfants, les élèves aussi, ils aiment bien qu'on soit sévère avec eux, en général
y'a toujours des exceptions, bien sûr, c'est pour ça qu'on a inventé les forums, pour que ces enfants exceptionnels puissent exprimer leur singularité

j'en reviens au texte
ça démarre très bien
c'est pas le problème, de démarrer, je connais la question, mais au fond tout le monde le sait : le problème c'est de continuer
pas lâcher l'affaire
et là, j'ai l'impression que l'arno a lâché un peu vite
les patates douces, oui, bon, d'accord
mais on attendait mieux
j'attendais mieux
et c'est sûrement ce qu'on peut faire de mieux pour quelqu'un : attendre mieux

on parlera de Green avant l'hiver
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nowhere Man

avatar

Messages : 4320
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 52
Localisation : Exile on Main-hir street

MessageSujet: Re: Encore des mots toujours des mots   Ven 30 Mai 2014, 09:08

"....Ne pas croire que, parce que ce ne sont que des chansons avec trois couplets et un refrain, il faut le prendre à la légère. Si un chanson ne provoque pas l'émotion, ça ne sert à rien! L'utilité de la musique, c'est quand même de rompre nos solitudes qui sont gigantesques...."

Miossec, l'aut' dimanche dans Far-West France

"....Je ne comprends pas, au fond, pourquoi on a inventé un terme spécial pour l'absurde.
Il aurait suffi de l'appeler réalité..."

Alexandra Varrin : "Jai décidé de m'en foutre" (Edit. Leo Scheer 2011)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Anat'
Grand Sachem
avatar

Messages : 19001
Date d'inscription : 19/03/2010
Age : 54
Localisation : Dans le Cotentin

MessageSujet: Re: Encore des mots toujours des mots   Ven 30 Mai 2014, 14:15

Miossec,j'ai pris plaisir à le lire l'aut' dimanche.

Par contre,il ma vite enervé à la radio, je me demande sil il n'en fait pas un peu trop en surjouant avec sa voix .

@lilic, "mais j'aime bien être sévère
les enfants, les élèves aussi, ils aiment bien qu'on soit sévère avec eux, en général
y'a toujours des exceptions, bien sûr, c'est pour ça qu'on a inventé les forums, pour que ces enfants exceptionnels puissent exprimer leur singularité."


Pas bien compris la deuxième partie, mais c'est beaux quand même.

Tu te fais appeler comment dans ta classe, Monsieur le maitre ?


_________________
Grosso modo, spécialiste de rien du tout.  
Collectionneur de coins coupés

Rose ! Avec des étoiles vertes !
Amuse toi, cela empêche de mourir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nowhere Man

avatar

Messages : 4320
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 52
Localisation : Exile on Main-hir street

MessageSujet: Re: Encore des mots toujours des mots   Ven 30 Mai 2014, 19:22

Maître Diator ! J-L, Maître Diator !!! répétez après moi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Anat'
Grand Sachem
avatar

Messages : 19001
Date d'inscription : 19/03/2010
Age : 54
Localisation : Dans le Cotentin

MessageSujet: Re: Encore des mots toujours des mots   Mar 24 Juin 2014, 10:41

La java des assédiques

Paroles et musique : Anne Sylvestre  


Mais qu'est-ce qu'ils qu'est-ce qu'ils nous fabriquent
avec leurs assédiques
il paraît qu'ils sont pas contents
mais qu'est-ce qui leur prend
je les rencontre rue Bergère
y'en a qui exagèrent
sur le trottoir j'en vois qui pleurent
"j'ai pas mes heures"
ils bossent une heure ça en fait douze
qu'ils s'étonnent pas qu'on les jalouse
qu'ils soient chômeurs moi ça m'résiste
ils sont artistes

C'est eux
les inter-miteux
les inter-mutants
les interminables
tout l'temps
comme des clignotants
un coup t'es brillant
un coup t'es minable

j'aurais pas cru que d'fair le con
ça soie un métier pour de bon

Mais qu'est-ce qu'ils qu'est-ce qu'ils nous trafiquent
avec leurs assédiques
paraît mêm' qu'il y en a qui trichent
en remplissant leurs fiches
tous ceux qui passent à la téloche
ils s'en fout' plein les poches
sans dout' que ceux qu'on voit jamais
ils sont mauvais

et toujours toujours ils se plaignent
moi j'trouv ça mérit'rait des beignes
ils ont qu'à se lever l'matin
comm' les copains

C'est eux ..

J'aurais pas cru que d' faire la fête
ça vous donnait des points d' retraite

Voilà t'il pas qu'ils se syndiquent
vu que leurs assédiques
ils y comprennent pas grand chose
ils en tiennent une dose
ils font la queue pendant des plombes
des fois y'en a qui tombent
ils ont jamais l' papier qu'on veut
ils r'font la queue

J'te l' dis moi faudrait qu'on me paye
pour aller mendier mon oseille
mêm' que souvent ils le r'çoivent pas
avant des mois

C'est eux ...
Faut croire que les coups d' pieds au cul
c'est remboursé par la sécu

Mais qu'est-ce qu'ils qu'est-ce qu'ils nous paniquent
avec leurs assédiques
v'là qu'ils se mettent à faire la grève
non alors là je rêve
suppose que tous ils abandonnent

ça dérang'rait personne
y'aurait qu'des jeux à la télé
ça s'rait le pied
remarque ils se laissent pas abattre
ils s'en vont jouer dans les théâtres
j'vois vraiment pas qui c'est qu'ira
payer pour ça

C'est eux ...

J'parie que tordus comme ils sont
ils vont même en faire des chansons

C'est eux ...



_________________
Grosso modo, spécialiste de rien du tout.  
Collectionneur de coins coupés

Rose ! Avec des étoiles vertes !
Amuse toi, cela empêche de mourir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
big'
Bras Gauche
avatar

Messages : 18526
Date d'inscription : 18/03/2010
Age : 55
Localisation : South Cambrousse

MessageSujet: Re: Encore des mots toujours des mots   Mer 09 Juil 2014, 07:51


Michel Fugain - Triste Match


7-1 beau roman
7 une belle histoire …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
big'
Bras Gauche
avatar

Messages : 18526
Date d'inscription : 18/03/2010
Age : 55
Localisation : South Cambrousse

MessageSujet: Re: Encore des mots toujours des mots   Mer 05 Nov 2014, 09:11

La chanson française, ouais bon, par rapport aux z'anglo-saxons, on fait pitié. Bon ok, sauf qu'on a des paroliers, des vrais, de la chanson à texte, du solide, normal quand on a été élevé à l'école Brassens/Brel/Ferré.

N'est-ce pas Didier ?


Didier Barbelivien - Sur Le Parking D'Auchan

La prod a peut-être un poil vieilli, la voix manque encore un peu de profondeur, je le concède bien volontiers mais le texte, wow putain !

Moi j' t'attends comme un gland
Sur le parking d'Auchan
Où y a pas de bateaux mouches
Où y a pas de goélands
Y a que des caddies de course
Des papas, des mamans
Des lessives, des nounours
Des yaourts pour enfants

Et j'ai le blues qui me prend
[Et j'ai le blues qui me prend]
Sur le parking d'Auchan
[Sur le parking d'Auchan]

Moi je lève mon drapeau blanc
Sur le parking d'Auchan
Les yeux sur l'horizon
Océan de piétons
Y a du monde, y a des gens
A crédit, pas d'argent
Moi mon chagrin d'amour
J'ai dû le payer comptant

Et j'ai le blues qui me prend
[Et j'ai le blues qui me prend]
Sur le parking d'Auchan
[Sur le parking d'Auchan]

Et j'ai le blues qui me prend
[Et j'ai le blues qui me prend]
Sur le parking d'Auchan
[Sur le parking d'Auchan]

Moi j'marche aux sentiments
Sur le parking d'Auchan
Y a des soleils néons
Y a des rêves en carton
C'est démodé la mode
Ma love story en solde
Je n'la reverrai pas ici
Faut que je trouve la sortie


Vous aurez noté que quand il manque un pied à un vers, il suffit d'ajouter "moi", ça marche à tous les coups study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yardbird
En mod' Brenneke
avatar

Messages : 10820
Date d'inscription : 19/03/2010
Age : 49
Localisation : Nowhere land

MessageSujet: Re: Encore des mots toujours des mots   Mer 05 Nov 2014, 10:33

cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Encore des mots toujours des mots   

Revenir en haut Aller en bas
 
Encore des mots toujours des mots
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les mots qui courent
» Mots en tout genre
» Demolissons les mots / T. Crommen
» Interpréter la musique avec des mots
» mots fléches du jour?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'ANNEXE :: LE FOURRE-TOUT-
Sauter vers: